Coucou gris

Le soleil nous a quitté, les nuages sont arrivés.

Il fait gris, c’est le jour du coucou gris !

J’ai hésité sur le titre de cet article

Devais-je l’intituler genre carte postale de vacances : « Un coucou d’Anjou » ?

Devais-je plutôt opter pour le genre horloger Suisse : « Un petit coucou matinal  » ?

Ou genre démarchage téléphonique : « Un coucou lointain au  déjeuner » ?

Voire genre importun : « Un coucou en passant » ?

Finalement, la couleur du jour l’a emporté : il fait gris, c’est le jour du coucou gris !

Fréquent et pourtant pas très visible

On l’entend souvent dans nos campagnes.

Au printemps en particulier, quand il cherche compagne. 

Mais, si on l’aperçoit s’envoler parfois, on ne le voit que très rarement.

Ce matin, il est là, tranquille posé sur une branche.  Lui d’ordinaire si farouche, reste serein. Le photographe ne le préoccupe pas. Il est très occupé à guetter si par hasard une  chenille, ou un beau criquet ne passerait pas dans l’herbe à sa portée.

Et voilà, c’est fait ! La chenille est bien belle. Cela fera un bon petit déjeuner.

Si le coucou est heureux, le photographe lui ne l’est pas trop. Non pas sur le choix de la chenille, même s’il aurait préféré une grosse mante religieuse… Non, il n’est pas satisfait de l’endroit choisi par le gourmand pour la déguster. Le grillage vert n’est pas ce qu’il aurait choisi; impossible de l’éviter sur les photos… 

Après ce bon repas, une petite gymnastique matinale et puis s’en va…

Un peu d’ornithomancie

Quel mot bizarre traverse l’esprit de notre photographe ce matin…

Pour les curieux : cliquer ici.

En fait, juste avant d’apercevoir ce coucou par la fenêtre, il prenait son petit déjeuner. Qui dit coucou, dit chant du coucou au printemps puisqu’on ne le voit pratiquement jamais. Et bien sûr, qui dit chant du coucou, dit ai-je bien une pièce de monnaie dans la poche ?

Rappelons à nos amis des villes, la prémonition : entendre le chant du coucou au printemps avec une pièce de monnaie dans la poche, c’est être sûr d’avoir de l’argent toute l’année. 

Après cet intermède culturel, revenons à notre photographe, voulez-vous et demandons-nous : quelle idée vient de lui traverser l’esprit ?

En fait, il se demande, quand le coucou ne chante pas mais mange et que soit même on a une tartine de pain dans la main. Peut-on espérer avoir à manger du pain toute l’année ? 

Si vous savez répondre à cette question, mettez-nous un message…

Un coucou gris matinal et gourmand

Pour les amis des oiseaux : Oiseaux d’Afrique / Oiseaux du Pantanal