« En Avril ne te découvre pas d’un fil… »

Nous y voici, mais les hauts et les bas de températures ont commencé bien avant !

Comment s’habiller pour rester quelques heures dans un affut ?

  • 12 Février : min -2° max 12°
  • 22 Février : min 3° max 19°
  • 31 Mars : min 5° max 21°
  • 1er Avril : min 8° max 21°
  • 2 Avril : min 5° max 21°
  • 4 Avril : min 0° max 11°
  • 5 Avril : min 7° max 14°
  • À suivre…

Bien sûr la température ressentie est à la fois plus froide le matin, et plus chaude au soleil de la journée. Il y a quelques décennies, peut-être avant le dérèglement climatique, on parlait de la douceur angevine !

De la frustration comme source de motivation…

Les ambiances photos sont bien différentes. Un matin nuages épais, et de trop rares percées du soleil. Un matin gelée blanche, les chevreuils arrivent très tard et ne font que passer. Un matin brumes matinales, difficile de faire la mise au point.

Et ce matin, le pompon : brouillard très épais et gelée blanche ! Deux chevreuils arrivent très près mais à peine le photographe saisit son boîtier, qu’ils ont disparu dans le brouillard, impossible de les retrouver. Trente minutes plus tard, un brocard approche et là encore s’évanouit dans le brouillard. Le photographe se décourage et rentre au chaud, ses chaussures sont mouillées et couvertes de petites gouttes de glace…

Trente minutes après être rentré, l’épais brouillard se lève enfin, les chevreuils aussi ! Derrière sa fenêtre, son café bien chaud à la main, le photographe aperçoit 5 chevreuils qui jouent et courent grisés d’avoir mangé quelques jeunes bourgeons en sous-bois. Il regrette d’être rentré et se dit que demain, c’est sûr il y retourne, mais cette fois, il attendra encore et encore…

Vivement le mois de « Mai fais ce qui te plaît » !

Le photographe tri ses quelques photos et s’impatiente. Quand aura-t-il enfin cette belle lumière dorée d’un soleil puissant mais bas sur l’horizon. Quand aura-t-il enfin des niveaux de sensibilité et des vitesses  » ordinaires  » ? Aujourd’hui les très longues focales sont indispensables car les chevreuils sont encore apeurés par la période de chasse qui vient juste de finir. Devoir descendre en dessous du 1/100ème de seconde et monter à plus de 10 000 Iso n’est pas de tout repos… Quand en plus, la brume est là, la photo devient un devient un tour de force.

Être patient et courageux… Continuer à se lever tôt pour être dans l’affût avant les premières clartés du jour. Continuer à croire qu’un matin, la chance sera là avec la paire rêvée : lumière dorée et chevreuils sereins. Et puis bientôt, il y aura les naissances…

Après tout, nous n’avons jamais été aussi proches de l’été.  Et puis de toute façon, les chevreuils ont commencé leur mue annuelle. Ils ne sont plus aussi photogéniques. Ils sont un peu perdus eux aussi avec les yoyos du thermomètre. Ils semblent encore réticents à quitter complètement leur « doudoune ». On les comprend certains matins, impossible de manger ou de se coucher dans cette herbe gelée. On ne peut que traverser la plaine en courant très vite pour aller manger quelques délicieuses et envoûtantes jeunes pousses, « au chaud » dans les sous-bois… 

Patience, patience. Bientôt, le soleil doré sera là dès le matin. Les chevreuils auront leur nouvelle tenue qui prend si bien la lumière. Le bonheur est proche, même si pour cela, il faudra se lever encore plus tôt pour être installé dans l’affût avant les premières clartés du jour…