Entre deux safaris…

L’attente est longue, très longue… entre deux safaris

Comment combler le manque et la frustration entre deux safaris ? Comment s’assurer de rester au top pour le prochain ?

Certes ma demi-vie en Anjou me permet de maintenir ma pratique, mais que faire lors de ma demi-vie parisienne ?

Une pratique régulière de la photographie s’impose

Pour exploiter au mieux, le temps souvent très bref, hélas, des rencontres faite en safari, il faut garder un regard affuté. Il faut être rapide et précis dans ses réglages. Être agile avec une longue focale.

Et ce, dès le premier jour d’un safari toujours trop court. L’animalier, ce n’est pas le studio. On ne refait pas une photo qui ne nous convient pas totalement, car notre modèle, est souvent déjà parti vers d’autres aventures…

Tout cela conduit à des parcours photographiques urbains classiques comme la photo de rue et l’architecture. Ils permettent aussi de continuer à progresser techniquement, d’évoluer dans son regard et d’enrichir ses interprétations avec des pratiques plus créatives. 

Voici quelques galeries réalisées pendant cette longue attente…

 

 

Merci de vos commentaires… cliquer ici