Fête des mères

Ce week-end c’est la fête des mères ! Et je repense à la très agréable soirée de la semaine dernière où j’ai pu admirer une jeune mais une bonne mère dévouée, attentive et affectueuse telle qu’on les aime.

Les foins ont été faits dans la journée.

Voilà déjà plusieurs longues semaines que les très hautes herbes nous masquaient les chevreuils, renard et autres visiteurs. Le photographe, n’y tenait plus et décide de tenter sa chance. Et quelle chance !

Fin Mai, en dehors d’être une période avancée pour les foins, est aussi la période où il devient possible d’apercevoir pour la première fois les chevreuils nés de l’année. Le photographe n’y pensait même pas en s’installant dans on affût ce soir-là tant il est difficile de les apercevoir. Ils restent en effet bien cachés jusqu’à l’été, la mère seule vaque à ses occupations alimentaires dans la journée et jamais ne laisse voir ses petits.  

Dans la journée, il avait pourtant pensé aux faons des chevreuils. Il avait aperçu une mère s’enfuir très rapidement du milieu du pré devant le tracteur et se réfugier dans le bois. Il s’était inquiété en imaginant qu’un petit, tapi dans l’herbe, tremblotant au bruit environnant, pourrait, comme cela arrive parfois malgré les précautions des fermiers, se retrouver happé et tué par la machine.  Mais en s’installant dans l’affût, il pensait plutôt aux renards ou aux buses qui attirés par des mulots devenus à découvert par la coupe toute fraîche, pourraient lui offrir quelques opportunités.

Une chevrette étrange

À peine arrivé dans l’affût, il aperçoit une chevrette dont le comportement est étrange. Elle ne se déplace pas comme d’habitude. Elle va lentement, se retourne la tête un peu penchée. Il regarde plus attentivement et, bonheur sublime, il aperçoit à ses pieds un petit faon qui sautille pour la suivre. 

Elle cherche à l’entraîner hors du pré. Elle arrive ainsi au bas d’un talus à la lisière du bois. D’un bond elle se retrouve sur le sommet, s’arrête et appelle son petit resté en bas. Il essaye de son mieux de grimper. Mais pour lui, ce talus est aussi raide et imposant qu’une montagne ! Il ne parvient pas à grimper malgré sa volonté de retrouver sa mère. Elle revient, l’encourage par quelques caresses et baiser, puis essaye à une autre endroit. Et la scène se reproduit. Le petit escalade, puis glisse et retombe au bas du talus. Il essaye à nouveau et dégringole en plusieurs roulades. Le photographe retient son souffle. Pourvu qu’il ne se casse pas une jambe. Mais non, le voilà qui se relève et tente à nouveau sans succès de rejoindre sa mère.

Un photographe comblé et attendri

La scène se reproduit plusieurs fois au grand bonheur du photographe attendri et par la jeune mère, qui à chaque fois revient vers son petit, lui procure maintes caresses et baisers pour l’encourager et cherche une autre voie pour le conduire jusqu’au bois source de sécurité maintenant qu’une cachette dans les herbes n’est plus possible. Le petit se fatigue et parvient de moins en moins à monter sur le talus. Elle descend et l’allaite en le caressant. Elle cherche puis finalement décide de faire une boucle dans le pré et de passer plus haut près de la route où l’escarpement est quasi inexistant. Le petit rechigne à la suivre mais finalement après quelques encouragements supplémentaires la suit. Elle le devance, fait quelques pas puis se retourne et l’attend. Il la suit, cahin-caha car ses jambes sont courtes et les tas de foin bien hauts pour lui. Après quelques étapes et séances de réconfort, ils arrivent au bord du bois et disparaissent à la vue du photographe comblé de sa soirée et ne regrattant ni les renards qu’ils affectionnent tant, ni la buse…

Ce week-end, sûr que le petit va souhaiter la fête des mères à cette belle chevrette.

Une bonne mère…

Cet article pourrait être le dernier…

L’hébergement et le nom de domaine arrivent à échéance la semaine prochaine. Je m’interroge sur le fait de poursuivre. Un article plus les photos tout cela représentent pas mal de travail. Le site ne trouve pas son public et la fréquentation est faible en dehors des deux / trois journées qui suivent l’envoi du mail aux abonnés. Le référencement Google fonctionne mais je n’acquiers pas de nouvelles personnes. Peu d’interaction, peu de rencontres… Beaucoup de temps passé, un peu de frustration. Merci de m’écrire pour m’aider à prendre cette décision, pour me conseiller, me donner votre avis, vos idées pour m’aider à augmenter la fréquentation…