Une mauvaise rencontre

Un petit matin si tranquille…

Un faisan se promenait en picorant de-ci delà. Après quelques chants, une femelle vint le rejoindre, et ensemble ils picoraient tranquillement en parcourant les hautes herbes mouillées.

Le photographe regardait lui aussi, serein et tranquille. Il profitait de la fraicheur en attendant le lever du soleil et en rêvant d’une scène différente et plus proche.

Un chevreuil apparaît.

Il est loin lui aussi. Il commence à manger quand un bruit dans l’herbe le surprend. Son regard est attiré par le mouvement de la poule faisane dans les herbes un peu plus loin. Après quelques instants à surveiller, il reprend son petit déjeuner. Mais la faisane bouge encore. C’en est trop, cette fois il part vers elle puis la recherche. Il est bien décidé à faire cesser ce tumulte incessant, qui perturbe son repas !

Le coq faisan calme mais vigilant, observe à distance. La poule effrayée, coure et se cache. Ouf ! Elle est sauvée. Mais le chevreuil n’en reste pas là. Il décide de s’en prendre aussi au mâle. Le coq n’a pas envie de se laisser chasser. Il s’écarte un peu de l’assaillant mais ne semble pas prêt à fuir en abandonnant le terrain. Après tout, c’est son territoire ici et il est le « Coq » !

Une véritable charge s’impose.

Le chevreuil lui non plus n’est pas prêt à céder. Il ne tolère pas cette invasion ! Il court vers le coq faisan. Qui toujours pas impressionné, continu de laisser un peu d’espace mais ne fuit pas. Du coup le chevreuil décide d’employer les grands moyens contre ce gêneur récalcitrant. Il se cabre et charge. Le faisan cette fois accélère sa course et, de guerre lasse, finit par décoller. Après quelques tentatives supplémentaires pour retrouver l’un ou l’autre de ces importuns, le chevreuil finalement se calme puis décide d’aller manger ailleurs.

C’est finalement le photographe qui se retrouve seul, lui qui surtout, ne le demandait pas ! Il range son matériel. Même si, une fois encore, la lumière n’était pas au rendez-vous et les « acteurs » bien trop loin de son objectif. Il est malgré tout heureux d’avoir assisté à cette belle scène. Il se dit qu’un autre jour peut-être…

Le chevreuil qui voulait être seul…

PS : Pour les fans de technique : Focale équivalente à 1 050mm, 1/320 s, F8, Iso 2000. Ces images sont de plus recadrées d’un facteur 2. Pas les meilleures conditions pour la qualité ! Vitesse un peu faible, le photographe n’avait pas anticipé cette scène de quelques minutes. Et puis la nature est un studio compliqué : on y maitrise assez mal le placement des acteurs et des projecteurs de lumière…